Skip directly to content

Jupille Formation – JUP

Formation de Jupille (JUP) par L. Dejonghe, V. Dumoulin & S. Blockmans

16-12-2008,
modified 14-4-2009 V. Dumoulin and M. Coen-Aubert
accepted 4-6-2009.

Authors: Dejonghe et al., 2008; Dejonghe & Hance, 2008.

Description: The Jupille Formation is proposed to better characterize in the High-Ardenne area the rocks occurring between the La Roche (or Villé Formation if the La Roche Formation is not represented) and Pèrnelle Formations. This formation is made up of series of grey, blue grey or greenish grey sandstone layers interbedded in blue grey siltstones and slates similar to those of the La Roche Formation. Locally, the sandstones grade to quartzites. Toolmarks, current ripples, lenticular and oblique or hummocky cross stratifications and load casts are present in the sandstone layers.

In the Ourthe valley, where the new lithostratigraphic unit is introduced, the Jupille Formation overlies the La Roche Formation and it is not possible to distinguish its top from the succeeding Pèrnelle Formation. In the parastratotype of Mirwart (Lomme valley), the Jupille Formation is present between the Villé and Pèrnelle Formations. Indeed, the La Roche Formation passes laterally into the Jupille Formation between Grune and Nassogne (Barchy et al. submitted). According to Marion & Barchy (1999), it is difficult to map separately the Pèrnelle Formation even in the type area of Couvin. Maybe, the Pèrnelle Formation should be reconsidered as a member of the Jupille Formation.

Stratotypes:different outcrops close to the Jupille village in the Ourthe valley, between Hotton and La Roche-en-Ardenne; parastratotype at Mirwart, sections along the Namur-Arlon railway track and the Lomme river.

Area:S and SE sides of the Dinant Synclinorium, up to the vicinity of the Xhoris fault.

Thickness:500 m at Mirwart (Jupille Formation), at least 600 m at Jupille, at least 600 m in the Nisramont area, 150 m at the northern flank of the Halleux Anticline (Jupille and Pèrnelle Formations).

Age:Probably Pragian, due to the age of the neighbouring formations.

----------------------------------------------------------------------

Auteurs: Dejonghe et al. (2008)- première utilisation et définition. Voir aussi : Blockmans et al. (soumis); Dejonghe & Hance (2008)

Origine du nom: De la localité de Jupille dans la vallée de l'Ourthe, sur la carte IGN de Hotton (55/5).

Description: dans sa localité type (holostratotype) , la Formation de Jupille se caractérise par l'abondance de bancs très lenticulaires, d'épaisseurs pluricentimétriques à pluridécimétriques, voire métriques, de grès gris, gris bleu ou gris verdâtre, parfois laminaires, parfois argileux et prenant sur surface libre une teinte d'altération brunâtre à rousse, voire limoniteuse. Ces bancs sont parfois regroupés en " barres gréseuses " d'épaisseur plurimétrique. Les roches gréseuses sont intercalées dans des siltites et phyllades gris bleu. Des bancs minces ou en plaquettes de grès grisâtres, micacés à très micacés présentent des marques d'impacts d'objets remaniés (tool marks), des rides de courant, des stratifications lenticulaires et obliques ou encore des joints ondulants (en auges et mamelons). La présence de figures de charge (pseudonodules) est fréquente. Le grès est localement quartzitique et peut parfois être carbonaté.

Au sud-ouest de la localité type, dans la région de Mirwart (hypostratotype), la Formation de Jupille (figure 4, in Dejonghe et al., 2008 - colonne lithologique synthétique) est constituée de schistes, siltites et grès micacés gris, noirs, bruns ou verdâtres, à rares niveaux fossilifères, parfois finement laminaires ou à lits centimétriques de couleur rouille altérés. On note la présence de bancs décimétriques à pluridécimétriques de grès fins, voire quartzitiques gris bleuté rassemblés en paquets métriques présentant des pseudonodules et des rides de courant. Un de ces niveaux marque la base de la formation. Il est caractérisé par des grès gris à gris beige en bancs pluricentimétriques à pluridécimétriques bien stratifiés. Certains bancs sont finement laminaires et présentent des sets de lamines obliques, d'autres présentent des traces de bioturbation.

Dans la région de Mirwart, la Formation de Jupille débute à la première barre gréseuse surmontant des schistes et siltites compacts gris sombre à fines lamines rouilles (Formation de Villée). Cette barre gréseuse d'environ 10 mètres d'épaisseur est constituée de grès gris à gris beige en bancs pluricentimétriques à pluridécimétriques bien stratifiés. Certains bancs sont finement laminaires et présentent des ensembles de lamines obliques, d'autres présentent des traces de bioturbation. La Formation de Jupille s'achève au premier ensemble gréseux marquant la base de la Formation de Pèrnelle, constitué de 8 mètres de grès gris beige à vert bien stratifiés.

Epaisseur: épaisseur variable. Elle est estimée à 150 m (en englobant un éventuel équivalent latéral de la Formation de Pèrnelle) au flanc nord de l'Anticlinal de Halleux (carte Champlon - La Roche-en-Ardenne). Cet ensemble atteint au moins 600 m dans la région de Nisramont, au sud du Hérou. Sur la carte Hotton - Dochamps, son épaisseur passe de 420 m à 600 m de Warizy à la région de Marcourt et de Jupille. A Mirwart, la Formation de Jupille a une puissance d'environ 500 m (la Formation de Pèrnelle qui la surmonte est ici bien individualisée et est épaisse d'une cinquantaine de mètres comme dans son stratotype).

Age: vraisemblablement Praguien (Dejonghe et al., 2008)

Affleurements conseillés: l'holostratotype de la Formation de Jupille est situé dans la vallée de l'Ourthe, sur la commune de Hodister, entre Hotton et La Roche-en-Ardenne. La formation affleure très bien, mais jamais de façon continue, sur le territoire des communes de Marcourt, Hodister et La Roche-en-Ardenne (Dejonghe & Hance, 2008 ; Dejonghe et al., 2008). L'ensemble des affleurements (figure 2b, in Dejonghe et al., 2008) permet de caractériser la Formation de Jupille et ses limites. Bien qu'il s'agisse d'affleurements discontinus, affectés par la Faille de Jupille, ces points sont faciles d'accès.

Un hypostratotype de la formation a été défini le long de la ligne de chemin de fer Marloie-Libramont, au nord de la localité de Mirwart, de part et d'autre de la borne kilométrique 131 (figure 3, in Dejonghe et al., 2008). Cette coupe est doublée et complétée par une série d'affleurements le long des versants de la vallée de la Lomme qu'emprunte le chemin de fer. Bien qu'elle présente l'avantage d'être continue et d'exposer les limites de la formation, la coupe du chemin de fer nécessite impérativement pour y accéder une autorisation d'Infrabel.

Utilisation: les niveaux gréseux de la Formation de Jupille ont localement été exploités comme matériau de construction (moellons, pierres d'enrochement, pavés, dalles et concassé pour béton). C'est le cas surtout dans la vallée de l'Ourthe.

Variations latérales : la Formation de Jupille entre Grupont et Mirwart correspond à un ensemble silto-gréseux gris bleu épais de 500 m, surmonté par un niveau de 45 mètres d'épaisseur particulièrement gréseux de couleur gris vert à beige.

Comparativement au canevas stratigraphique connu (Godefroid et al., 1994 ; Bultynck & Dejonghe, 2001), le niveau gréseux sommital de 45 mètres est équivalent tant d'un point de vue lithologique que biostratigraphique à la Formation de Pèrnelle. Les schistes, siltites gréseuses et grès gris bleu sous-jacents sont, quant à eux, équivalents biostratigraphiquement à la Formation de La Roche (Grauwacke de Petigny). Toutefois, la granulométrie de cette unité est nettement plus grossière que celle des phyllades caractéristiques de la Formation de La Roche.

Donc, au méridien de Mirwart, la Formation de Villé n'est plus surmontée par les phyllades gris bleu et gris sombre de la Formation de La Roche mais par des siltites gréseuses et des grès de même teinte qui se rapprochent granulométriquement de ceux de la Formation de Pèrnelle sans pour autant en avoir tous les caractères. Le caractère gréseux de ce niveau va s'affirmer vers l'est. Dans la vallée de l'Ourthe où est défini la Formation de Jupille, le caractère gréseux est tel qu'il n'est plus possible de distinguer cette formation de celle de Pèrnelle sus-jacente. Dans cette région, la Formation de Jupille surmonte celle de La Roche (figure 2b, in Dejonghe et al., 2008).

Dans le cadre de la révision de la carte géologique de Wallonie, la Formation de Pernèlle dans la région de son stratotype (carte Chimay-Couvin, Marion & Barchy, 1999) a été regroupée avec la Formation de Pesche sus-jacente, ce qui souligne bien le fait que cette formation est difficile à cartographier isolément. Par conséquent, au cours d'une révision des formations du Dévonien inférieur par la Commission de stratigraphie, le statut de la Formation de Pèrnelle pourrait être revu et considéré comme un membre de la Formation de Jupille (Dejonghe et al., 2008, p. 79).

Bibiographie:

Blockmans, S., Dumoulin, V. & Dejonghe, L. (soumis) : Carte géologique de Wallonie, Grupont - Saint-Hubert, 59/7-8, 1/25.000 et sa notice explicative. Service Public de Wallonie. Ministère de la Région wallonne.

Bultynck, P. & Dejonghe, L. (2001) : Devonian lithostratigraphic units (Belgium). In Bultynck & Dejonghe, eds, Guide to a revised lithostratigraphic scale of Belgium. Geologica Belgica, 4/1-2 : 39-69.

Dejonghe, L., Dumoulin, V. & Blockmans, S. (2008) : La Formation de Jupille, nouvelle formation dans le Dévonien inférieur de la Haute-Ardenne (Belgique). Geologica Belgica, 11: 71-81.

Dejonghe, L. & Hance, L. (2008): Carte géologique de Wallonie, Hotton - Dochamps 55/5-6, 1/25.000 et sa notice explicative, 88 p. Ministère de la Région wallonne.

Godefroid, J., Blieck, A., Bultynck, P., Dejonghe, L., Gerienne, P., Hance, L., Meilliez, F., Stainier, P. & Steemans, P. (1994) : Les formations du Dévonien inférieur du Massif de la Vesdre, de la Fenêtre de Theux et du Synclinorium de Dinant (Belgique, France). Mém. Explic. Cartes Géologiques et Minières de la Belgique, 38, 144 p., Service géologique de Belgique.

Marion, J.-M., Barchy, L. (1999) : Carte géologique Chimay-Couvin, 57/7-8, 1/25.000 et sa notice explicative, 89 p., Ministère de la Région wallonne.